Et si l’assurance vélo répondait (enfin) aux besoins des cyclistes ?

Alors que l’assurance vélo existe depuis très longtemps, les cyclistes assuré·e·s restent aujourd'hui encore une “espèce” rare, très rare, même lorsqu’il s’agit d’assurer un vélo électrique. Ce n’est pas tant que les cyclistes n’ont pas besoin d’assurer leur vélo, mais il semble plutôt que c’est l’assurance qui n’a pas compris les besoins des cyclistes. Dès lors, si l’assurance vélo existe bel et bien, encore faudrait-il y croire pour y souscrire spontanément.

Le marché classique de l’assurance vélo, peu transparent et inadapté

groupe-de-cyclistes

Assurer son vélo, ce n'est pas un réflexe, bien au contraire. En France, seulement 16% des cyclistes ont une assurance vélo et à peine 8% des cyclistes ont une assurance contre le vol de vélo. Même celles et ceux qui se sont déjà fait voler un vélo n’assurent pas leur nouvelle monture. Une étude menée par 6t-bureau de recherche sur le développement du vélo et de la trottinette dans les grandes villes françaises a montré que seulement 5% des cyclistes ayant été victimes de vol par le passé ont choisi d’assurer leur nouveau vélo en réaction à cet évènement. Parmi les raisons expliquant l’absence de recours à une assurance vélo, on trouve en premier lieu la méconnaissance des services existants, ainsi que la crainte d’un coût trop élevé par rapport au prix d’achat du vélo, et enfin, la peur de ne pas être remboursé·e en cas de sinistre. Ces réticences témoignent d’un manque de confiance dans les services classiques d’assurance contre le vol de vélo.

En ce sens, la plupart des offres d’assurance vol de vélo proposées par les grands assureurs coûtent relativement cher (par rapport au prix d’achat moyen d’un vélo, qu’il soit neuf ou d’occasion) et sont souvent comprises, voire noyées, dans des packs d’assurance habitation. Pour cette raison, ces services proposent souvent une couverture limitée aux seuls vols commis au domicile de la personne ou au cours d’une plage horaire limitée (généralement de 7h à 23h). Ces garanties ne sont ainsi que peu adaptées aux besoins des cyclistes effectuant plusieurs trajets par jour et nécessitant une assurance vol de vélo les couvrant contre l’aléa du vol sur tous leurs lieux de stationnement vélo, qui plus est lorsque l’on ne dispose pas d’un local vélo, ce qui est le cas de la majorité des cyclistes et encore plus de celles et ceux qui souhaiteraient le devenir. 

Promouvoir la fiabilité et la transparence des produits d’assurance vélo pour en augmenter la part modale

femmes-cyclistes

 Il y a environ 2% du parc vélo qui se fait voler en France tous les ans. Ainsi, 34% des cyclistes français se sont déjà fait voler au moins un vélo. Par ailleurs, 8% des personnes qui se sont fait voler un vélo abandonnent la pratique de celui-ci et 14% des Français·e·s disent aujourd’hui ne pas être cycliste par peur de se faire voler. La crainte du vol est ainsi un frein important au développement de la pratique du vélo que la démocratisation de l’accès à l’assurance vélo pourrait permettre de résorber.


L’augmentation de la part de cyclistes assuré·e·s présente pour sa part un double enjeu d’amélioration de la transparence et de la fiabilité des services d’assurance vélo. 

De nouveaux acteurs spécialisés révolutionnent ce marché en proposant une diversité d’offres correspondant davantage à un usage quotidien du vélo. La plupart de celles-ci accompagnent les cyclistes dans leurs besoins de réparation et remorquage en cas de crevaison ou accident, tout en les couvrant contre le vol de leur vélo 24 heures sur 24, pour des prix moins élevés que ceux pratiqués par les assureurs classiques. L’accès aux prestations est également simplifié (souscriptions, déclaration de sinistres et résiliations entièrement en ligne), et beaucoup proposent un service client facilement accessible par téléphone. 


personne-a-velo

Néanmoins, le manque de transparence des conditions d’accès à ces services (champ d’application de la garantie et ses exclusions) peut faire craindre de ne jamais avoir effectivement accès au remboursement en cas de vol. Souvent, les coûts financiers (de souscription) et procéduriers (en termes de temps passé à effectuer les démarches à suivre en cas de vol), couplés au manque de confiance dans l’assurance, demeurent plus importants que le bénéfice d’être assuré d’un remboursement.

Sharelock : à chacun son assurance vélo plutôt que l’assurance de tout le monde 

assurance-velo-digitale

Pour que l’assurance vélo encourage le développement de l'usage du vélo, elle doit permettre aux cyclistes d’être rassuré·e·s au juste prix. Face à ce constat, Sharelock a souhaité lancer un produit totalement transparent, au meilleur prix. Et pour abaisser les prix, la solution s'est concentrée sur le vol. En effet, pour les services additionnels, on dispose déjà souvent d’une couverture via nos autres assurances personnelles ou encore via nos cartes bancaires. Enfin, l’offre Sharelock est la seule à présenter à la fois un service client personnalisé et disponible 24/7, avec une procédure entièrement automatisée et intégrée à l’application mobile. Une application mobile qui permet de comprendre les usages de chaque cycliste afin d’offrir l’assurance vélo la plus adaptée à son profil et à sa pratique.


Nicolas LOUVET, Co-fondateur de Sharelock et CEO de 6-T bureau de recherche


Le sujet vous intéresse ? Voici quelques recommandations de lecture:

Le Monde - À Paris, le vélo pourrait détrôner la voiture dès 2025 (21 oct 2021)

Sharelock, le blog - Le stationnement vélo sécurisé à grande échelle, pré-requis à l’essor du vélo personnel 


Newsletter

Actualités mobilité et vélo, nouveaux services et infos insolites : on se donne des nouvelles ?  Rejoignez notre newsletter mensuelle !

Merci ! Vous faites désormais partie de nos abonné·es :)
Oups ! Il y a eu un problème à l'envoi du formulaire, vous pouvez réessayer
Nous utilisons des cookies pour améliorer la navigation sur le site, analyser son usage et améliorer le ciblage de nos publicités. (En savoir plus)