Le stationnement vélo sans exception, pour faire du vélo tous les jours


La plupart des cyclistes disposent d’une solution de stationnement à leur domicile ou sur leur lieu de travail, ou du moins à proximité immédiate, toutefois tou·te·s n'en sont pas satisfait·es. Qu'en est-il par ailleurs du stationnement dès que l'on s'aventure hors du champs domicile-travail ? Quid des solutions permettant de garer son vélo, au quotidien, sans que cela ne vire au casse-tête ?

Le vélo, moins fiable que les autres modes de transport ? 

Relativement peu de cyclistes utilisent leur vélo de façon journalière. En effet, les cyclistes sont quatre fois moins quotidien·nes du vélo que les automobilistes ne le sont de la voiture, ou encore, trois fois moins que les usager·ères des transports en commun ne le sont de ces modes.

Ainsi, chez la majorité des personnes possédant au moins un vélo en état de marche, celui-ci n’est pas le mode de transport privilégié des déplacements quotidiens. Si ces habitudes varient selon le contexte résidentiel, la fréquence d’usage quotidien reste néanmoins peu élevée en centre-ville dense (7% se déplacent ainsi quotidiennement).

Parmi les motifs pouvant décourager l’usage quotidien du vélo, revient le manque de stationnement vélo sécurisé, directement associé à la crainte du vol de vélo. En France, plus du tiers des cyclistes s'est déjà fait voler un vélo*. Ce risque dissuade près de la moitié des cyclistes (46%) de réaliser certains trajets à vélo.

 

Les différents besoins de stationnement vélo 

vélos garés dans un endroit privé


On distingue différents besoins pour différentes durées de stationnement. Le stationnement vélo courte durée concerne des arrêts de moins d’une heure, tandis que la durée moyenne comprend généralement un stationnement de quelques heures. À l’inverse, on commence à parler de stationnement longue durée lorsqu’un vélo est à l’arrêt du matin au soir, ou du soir au matin, et le week-end.

Les stationnements de longue durée nécessitent une surveillance fonctionnelle (espace fermé et/ou sécurisé) voire formelle (gardiennage, vidéosurveillance), supposant que les vélos soient généralement garés dans le local à vélo de son habitation, ou de son de travail, ou encore dans des parkings pour vélos ou vélostations dédiés en gare. Si la plupart des cyclistes disposent de telles solutions, c’est le stationnement vélo de courte et moyenne durée, non prévisible, et souvent peu sécurisé, qui gagne à être amélioré.

Le service proposé par Sharelock fait le pari de la fiabilisation de ce type de stationnement grâce au déploiement d’un réseau de cadenas sécurisés au maillage dense permettant de multiplier le nombre d’arrêts et donc de déplacements à vélo.

 

Sharelock, un service qui répond à des besoins spécifiques de stationnement vélo de courte et moyenne durée

femme utilisant un cadenas pour vélo Sharelock

Le déploiement de notre réseau de cadenas partagés à Rouen en phase de bêta-test a montré que les cyclistes se déplaçant fréquemment à vélo disposaient le plus souvent de solutions de stationnement vélo à domicile et/ou sur leur lieu de travail. Sharelock répondait en revanche à une demande réelle de stationnement vélo sécurisé en ville, et pour de plus courtes durées. L’utilisation du service a confirmé un usage particulièrement fréquent pour des stationnements de moins d’une heure, ou pour des durées moyennes allant d’une à cinq heures, le plus souvent lors de trajets liés à des achats ou pour des loisirs.

Le bêta-test rouennais s’était appuyé sur un public aux habitudes cyclistes fortement consolidées, se déplaçant souvent à vélo. Néanmoins, disposer de stationnement vélo sécurisé permet à des cyclistes moins assidu·es de se déplacer davantage à vélo sur des trajets pour lesquels il n’était pas aisé de stationner.

Cette augmentation de la fréquence concerne à la fois des trajets monomodaux à vélo, au cours desquels la fréquence des arrêts courts pourrait être multipliée ; mais aussi des trajets intermodaux. La présence de stationnement vélo sécurisé à proximité des gares et stations permet en effet à des cyclistes de réaliser de plus longs trajets combinant vélo et transports en commun. Enfin, les cyclistes doivent aussi être libres de ne pas prendre leur vélo pour tous leurs déplacements au cours d’une même journée. Si l'on souhaite prendre un taxi en sortant du restaurant dans lequel on s’est rendu en vélo après le travail, on doit pouvoir être assuré·e de retrouver son vélo le lendemain là où on l’a laissé. Bref, pour que les cyclistes soient plus nombreux·ses à faire du vélo tous les jours et donc du vélo tout court, il faut aussi qu’iels ne soient pas obligé·es de tout faire à vélo.

Pour Sharelock, permettre aux cyclistes de stationner de manière pratique et sûre partout, tout le temps et quelle que soit la durée du stationnement vélo, c’est lever un frein majeur à sa pratique et à son développement. Cela est d’autant plus nécessaire que les politiques publiques se centrent aujourd’hui principalement sur la circulation (aménagement de pistes cyclables) et sur l’équipement (aides à l’achat). Pourtant, même pour un·e cycliste quotidien·ne, un vélo demeure stationné plus de 95% du temps*.

Nicolas LOUVET, Co-fondateur de Sharelock et CEO de 6-T bureau de recherche

-----------------

*6t-bureau de recherche, Le développement du vélo et de la trottinette dans les grandes villes françaises : une tendance confrontée au stationnement dans l’espace public, 2020


Newsletter

Actualités mobilité et vélo, nouveaux services et infos insolites : on se donne des nouvelles ?  Rejoignez notre newsletter mensuelle !

Merci ! Vous faites désormais partie de nos abonné·es :)
Oups ! Il y a eu un problème à l'envoi du formulaire, vous pouvez réessayer
Nous utilisons des cookies pour améliorer la navigation sur le site, analyser son usage et améliorer le ciblage de nos publicités. (En savoir plus)